Lignes‎ > ‎

Drôme-Alpes du Sud

Quel avenir pour Livron-Veynes (août 2017)

Le 10 décembre dernier, plus d'une centaine de participants ont assisté à la gare de Luc en Diois au Très Grand Traintamarre, rassemblement à caractère festif organisé par le Collectif de l'Etoile Ferroviaire de Veynes, pour le maintien des trains, les réductions de service, les trains supprimés, les correspondances mal assurées !

Les voies ferrées reliant Veynes à Grenoble et Veynes à la vallée du Rhône sont dans un état critique, suite à des années de sous investissement chronique, entrainant une dégradation de l'offre de transport et du service réalisé, insupportable pour les usagers et les acteurs économiques.

Cette situation n'est pas acceptable pour notre région , sachant que le train demeure le mode de transport le plus écologique, le plus sûr, et aussi le plus rapide : entre Valence et Gap, son  temps de parcours est de 2h27 actuellement contre 3h15 par la route.

En août 2016, la direction régionale de SNCF Réseau a produit un diagnostic édifiant de l'état de la ligne, estimant le montant des travaux nécessaires au sauvetage de la section Livron-Veynes à 33 millions d'€ ( dont 17,2 M€ entre Die et Beaurières), et 20 M€ à mobiliser d'ici 2020 !

La région PACA s'est engagée à financer 15 M€ pour les sections entre Aspres et La Beaume et d'Aspres à la Faurie, sur la ligne des Alpes.
Quant à la région Auvergne Rhône Alpes, après les déclarations de son Vice Président chargé des Transports, M Mignola , annonçant en novembre 2016 que 264 M€ seraient débloqués pour le sauvetage d'une vingtaine de petites lignes menacées de fermeture, nous ne connaissons pas à ce jour la somme précise dédiée à la ligne Livron-Veynes !

Il serait logique aussi que l'Etat, qui a décidé le maintien du train de nuit Paris-Briançon participe au financement des travaux!

L'état actuel de la voie a des conséquences sur le temps de parcours des TER : ainsi depuis le 12 décembre 2016, celui ci a augmenté de 10 minutes suite à la limitation de vitesse à 40 km/h en aval de Beaurières et de Luc à Recoubeau ! Et cette mesure risque d'être reconduite sur d'autres sections si les travaux de rénovation ne sont pas entrepris rapidement !

Mais la pérennisation de la ligne ne semble pas être remise en cause, d'autant plus que des travaux de rénovation seront entrepris du 4 septembre au 22 octobre au tunnel du Col de Cabre !
On pourra déplorer qu'à cette occasion SNCF Réseau ne procède pas aux travaux de remplacement de la voie sur les sections limitées à 40 km/h et que la circulation des trains soit arrêtée durant cette période entre Valence et Gap et remplacée par des autocars !
Pour la petite histoire, il faut savoir qu'en 1976, lors du remplacement du tablier du viaduc du Claps et en 1981, lors de la rénovation des tunnels entre Luc et Beaurières, la SNCF assurait un service ferroviaire de Valence 'à Luc puis un transfert par autocar jusqu'à Beaurières où attendait un train en direction des Hautes Alpes !

On peut dès lors espérer que la ligne rénovée pourra jouer un rôle plus important pour le développement économique et touristique du territoire avec des horaires plus nombreux et mieux adaptés, surtout le matin , et en correspondance à Veynes avec les autres lignes de l'Etoile, en direction de Grenoble ou de Marseille.

Bernard Collignon, Association Rail Dauphiné Savoie Léman, www.ardsl.org



6 propositions à MM. Wauquiez et Estrosi pour sauver le train dans les Alpes du Sud




Le train est vital pour le sud de l’Isère, la vallée de la Drôme et les Hautes-Alpes car il assure la connexion de ces territoires vers de nombreuses villes d’Europe via Valence TGV et Grenoble, permet un déplacement quotidien des Sud-Dauphinois et assure la fréquentation touristique.

A ce titre, l’ARDSL écrit aux Présidents des deux Régions concernées MM. Laurent WAUQUIEZ et Monsieur Christian ESTROSI pour que les lignes Grenoble-Veynes et Valence-Veynes soient sauvées et dynamisées. 

En ce sens, l’association émet 6 propositions concrètes :

  1. Réaliser les travaux de maintien du réseau en mobilisant un financement commun des 2 Régions aux tronçons Grenoble - Veynes et Livron - Veynes. 

  2. Créer des trains rapides et directs Grenoble-Marseille via Veynes, Sisteron et Aix en Provence. Avec un temps de parcours de moins de 3h30, le trajet par les Alpes est plus rapide que par la Vallée du Rhône pour aller de Grenoble au centre d’Aix en Provence. La demande étudiante et non-pendulaire est forte.

  3. Exploiter le potentiel touristique de la ligne avec, au besoin, un partenariat privé permettant d’inclure le trajet Grenoble-Marseille dans des packages touristiques de commercialisation et de production. 

  4. Diminuer radicalement les temps de parcours (Avant : Grenoble-Veynes en 1h31 , aujourd’hui 1h51 à 2h00) en changeant le mode de signalisation (CAPI) qui nécessite l’arrêt dans toutes les gares par le BAPR-S, fiable et bon marché, qui modifie très peu les installations et conserve le principe dit de voie directe qui autorise le passage des gares à 80km/h (Schéma en ANNEXE 3). 

  5. Revoir en profondeur la desserte Grenoble-Veynes pour mieux exploiter le potentiel loisirs. Nous proposons que les deux Régions lancent une étude commune pour se libérer d'un cadencement strict, organiser les correspondances, mettre quelques directs Grenoble-Marseille, répondre aux besoins du périurbain de Grenoble, optimiser les coûts (roulement matériel et personnel) dans un esprit de capter du trafic.

  6. Communiquer entre les Régions PACA et AURA. Les techniciens et les élus doivent se rencontrer, se parler et établir une stratégie commune. Ce n’est plus le cas depuis plusieurs années et pourtant un Grenoble-Marseille et une répartition des coûts d’infra méritent que Lyon et Marseille dialoguent. 





Halte à la désertification ferroviaire dans les Alpes du Sud et le Dauphiné! 
Signez notre pétition en ligne 

L'ARDSL soutient les habitants du Sud des Alpes, qui veulent pouvoir continuer à utiliser le train pour leurs déplacements et accueillir des touristes. Le train nous permet à tous (actifs, retraités, étudiants, enfants, touristes…) d'aller travailler, d’aller à l'école, de poursuivre des études, de nous divertir, de rejoindre nos proches, de partir en voyage… Il est essentiel pour le développement économique et touristique des régions traversées. Aujourd'hui, nous sommes inquiets face aux suppression des trains supplémentaires en période touristique et de possibles fermetures de lignes ferroviaires (notamment Gap-Grenoble)... Signez la pétition en ligne : https://www.change.org/p/halte-%C3%A0-la-d%C3%A9sertification-ferroviaire-dans-les-alpes-du-sud-et-le-dauphin%C3%A9



 

 

Retrouvez sur cette page nos actions et propositions en faveur du développement des trains TER entre les Hautes-Alpes et la Drôme via Veynes-Die-Crest-Valence et du train Intercités de Nuit Briançon-Paris
 


Quel avenir pour la ligne Grenoble-Veynes-Gap ? Et plus si possible Veynes -Die-Valence ? (juillet 2016)

 Robert Cuchet, président AGV, Robert Besson, Pays gapençais, Gabriella Trotta-Brambilla, maître-assistante à l’école architecture Grenoble, et Morgane Larribe, urbaniste.

Unis dans une même dynamique, les huit conseils de développement (représentant trois départements et deux régions administratives) des Pays Gapençais, Sisteronais Buëch, Briançonnais Guillestrois Écrins Queyras, Serre-Ponçon Ubaye Durance, Diois, Vallée de Drôme, Alpes Sud Isère et Durance Provence ont missionné une étude sur les liens entre la voie ferrée et le développement du territoire dans les Alpes du Sud.

Ceux-ci ont rendu les conclusions de leur étude jeudi 30 juin, au pôle universitaire de Gap ; il s’agissait également pour eux de recueillir toutes observations sur leur travail. Une seconde étude est en passe d’être réalisée par l’Université de Lyon, qui devra notamment préciser tous les aspects économiques de la ligne.

Cinq jours en immersion à Lus-la-Croix-Haute

Du 11 au 15 janvier, une trentaine d’étudiants grenoblois, encadrés par Gabriella Trotta-Brambilla, maître-assistante à l’École d’architecture de Grenoble, ont analysé depuis Lus la ligne Grenoble-Veynes-Gap sur le thème de sa sous-utilisation en tant qu’outil de développement. Ils ont relevé la préférence de la population locale pour le train par rapport à la voiture.
L’Étoile ferroviaire de Grenoble se partage entre Lyon, Savoie et Italie, celle de Veynes lui est complémentaire entre Valence, Briançon et Marseille. La conférencière relève que seul le parc régional du Vercors peut être visité en train.

Une ligne ferroviaire datant de 1878

Cette ligne, qui présente un intérêt technique, historique et esthétique exceptionnel, est actuellement menacée de fermeture, faute de travaux de modernisation importants ; elle ne traverse que des territoires ruraux peu peuplés. Elle a été créée pour relier les voyageurs depuis la Suisse à la Méditerranée ; puis elle a servi au transport des productions agricoles, et a permis ensuite l’accès aux stations de ski. Le projet d’autoroute A51 a pu un moment limiter ses perspectives d’utilisation, mais il semble bien à présent marquer le pas.

Un service peu concurrentiel face à la voiture

Plusieurs gares ont déjà fermé, la ligne est de moins en moins fréquentée, au détriment de la transition énergétique. Pour Gabriella Trotta-Brambilla, « la ligne doit assurer un service tant aux habitants qu’aux touristes ». Il convient de mettre en valeur la qualité touristique des pays traversés, qui n’apparaît pas toujours suffisamment depuis le train ; miser sur un tourisme local, itinérant basé sur le train.

Les conférenciers insistent ici sur le nombre croissant de citadins ne possédant pas de voiture, et qui recherchent un tourisme “authentique”. Il faut davantage connecter la gare avec le bourg et les hameaux afin de favoriser le tourisme.
Un manifeste pour le renouveau de l’Étoile ferroviaire de Veynes
Un manifeste pour le renouveau de l’Étoile ferroviaire de Veynes a été présenté et remis aux personnes présentes. Il sera envoyé pour signature à tous les maires et élus des huit territoires couverts, ainsi qu’aux offices de tourisme et leurs adhérents.
Ce manifeste sera téléchargeable dès la semaine prochaine sur le site : www.pays-gapencais.com. Il sera également diffusé durant la prochaine Veyn’Art.

Pour toutes informations complémentaires, ou signature par courriel : developpement@pays-gapencais.com

Bernard Collignon

ARDSL ( Association Rail Dauphiné Savoie Léman)
www.ardsl.org





Participation de l'ARDSL la réunion de plusieurs conseils locaux de développement à Veynes pour la réactivation de l'Etoile ferroviaire Valence-Briançon/Grenoble-Aix en Provence (31.05.16)


(Format .pdf)













COMPTE RENDU DU COMITÉ DE LIGNE VALENCE-DIE DU 15/06/2015

Ce comité de ligne sera le dernier de l'année 2015, avant les élections régionales prévues en décembre. Il a réuni une vingtaine de participants, mais comme toujours en l'absence d'élus.

En première partie, ont été évoqués les politiques de mobilité à l'échelle régionale, avec l'élaboration de la future convention avec la SNCF pour la période 2016-201, le Contrat de Plan Etat-Région (2015- 2020) ainsi que le Schéma directeur d'accessibilité.

La deuxième partie abordait les actualités des services aux voyageurs sur la ligne:

1/ Un accord technique de réciprocité tarifaire a été conclu entre les régions Rhône Alpes et PACA: ainsi les titulaires d'une carte Illico Liberté pourront bénéficier d'une réduction de 25% la semaine et 50% le week-end pour les trajets entre RRA et PACA. A l'inverse les détenteurs de la carte ZOU 50/75 pourront aussi bénéficiert des mêmes offres tarifaires entre PACA et RRA.

Cette convention sera mise en oeuvre au 01/09/2015.
C'est l'aboutissement d'une demande ancienne de l'ARDSL auprès des comités de ligne Valence-Die et Grenoble-Veynes qui vient d'être généralisée sur l'ensemble des relations ferroviaires entre les deux régions .

2/ Les grands chantiers RVB ainsi que les travaux de maintenance prévus en 2015 et 2016 sur la ligne impériale entre Lyon et Livron ainsi qu'entre Montdauphin et Briançon impacteront peu les circulations des TER entre Briançon et Romans: seuls deux circulations seront origine Gap et terminus Crest avec transfert par autocar sur Valence Ville entre le 13/09 et le 25/10/2015;

3/ La ponctualité des trains sur l'axe Valence-Die reste toujours médiocre (66,1%) alors que pour la région RA elle s'établit à 87%., et la fréquentation a baissé de 4,7% ; en cause, les retards chroniques sur une voie unique aux longs cantons et surtout le peu de fiabilité des automoteurs X72500 sujets à de nombreuses pannes.

Le président du comité de ligne M Didier Jouve a constaté que ce comité de ligne avait permis une bonne relation partenariale entre les différents acteurs ( Région, SNCF, Usagers) et il considère que cette ligne est sauvée par son inscription au CPER et par le maintien du train de nuit Paris-Briançon. Reste à régler le problème récurent de la ponctualité.

Questions diverses soulevées par l'ARDSL

Préalablement au comité de ligne, la réunion préparatoire du 01/06/2015 a été l'occasion pour l'ARDSL de soulever plusieurs points non résolus à ce jour.

1/Nous avions réclamé depuis longtemps la circulation sur la relation Romans-Die de matériel Rhône Alpes ATER 73500: la SNCF a toujours prétendu qu'elle n'en disposait pas pour cette relation.
Or, nous avions constaté que 5 automoteurs de ce type circulaient entre Clermont-Ferrand et Béziers pour assurer le TET Aubrac. Malgré l'interpellation de la SNCF par Mme Giraud sur ce sujet en décembre 2014 suite à notre intervention, aucune réponse de l'opérateur donnée : j'ai donc questionné avec insistance la représentante de la SNCF au comité de ligne qui a avoué que ce matériel avait été loué pour l'activité TET, donc l'Etat, jusqu'au 31/12/2016! La SNCF ne respecte donc pas la convention 
signée avec la région RA pour la circulation du matériel qu'elle a acquis pour circuler sur son territoire.

2/La ligne Valence-Veynes fait partie des cinq lignes “malades” de la région RA figurant sur le CPER 2015/2020 : les services de la région travaillent actuellement sur les endroits critiques à rénover en priorité. Ainsi, dans ce cadre pourrait être pris en compte l'automatisation de certains croisements
( Beaurières, Luc en Diois, Saillans) permettant une meilleure ponctualité et un accroissement des circulations.

A ce sujet, j'ai évoqué la réouverture récente de la ligne Avignon-Carpentras sur laquelle circulent 16 AR/jour qui pourrait servir d'exemple pour un service identique entre Romans et Die dont le bassin de population est identique .

3/ Ayant représenté l'ARDSL au comité de ligne de l'Etoile de Veynes le 08/06/2015, organisé par la région PACA, j'ai informé le comité de ligne que les automoteurs 72500 circulant sur l'axe Briançon- Romans , sujets à de nombreuses pannes, devaient faire l'objet d'une rénovation intérieure et d'une révision de leur motorisation aux ateliers de Nevers en 2015 et 2016: on peut espérer que l'introduction progressive de Régiolis sur Avignon Carpentras permettra de les remplacer par des AGC.

Au sujet de cette Etoile de Veynes , l'ARDSL a demandé officiellement la nomination d'un coordinateur régional pouvant gérer conjointement les lignes Valence-Briançon, Grenoble-Gap et Briançon- Marseille.

4/En dernier lieu, le maintien du train de nuit Paris-Briançon préconisé par la commission Duron sera pérénisé par les travaux prévus entre Montdauphin et Briançon à l'automne et par le remplacement des locomotives 67400 par des 75300 au service 2016.Mais il faut savoir que la SNCF ne conservera plus que 38 voitures couchettes pour les quelques trains de nuit conservés , et qu'aucun projet d'investissement n'est prévu pour des voitures déjà anciennes.

D'autre part les trains supplémentaires des périodes hivernales ne seront assurés qu'avec du matériel TER ( 72500 et AGC).
Il serait souhaitable que d'autres opérateurs puissent prendre le relais devant la volonté de la SNCF de ne plus assurer correctement ce type de circulations.

Bernard Collignon ARDSL26 



COMPTE RENDU DU COMITE DE LIGNE VALENCE-CREST-DIE-LUC
 EN DIOIS DU 4/12/2014

Ce Comité de ligne présidé par Didier JOUVE avec les représentants de la région : Karine AMBERT, de la SNCF : Benoît CHATENET et Pascal FRACHISSE, ainsi que de RFF : Pascale GHESQUIERES et 18 personnes présentes dont le maire de Luc en Diois et un représentant de la mairie de Crest, a mis en exergue  une nouvelle fois, l'absence des élus locaux et leur manque d'intérêt pour les questions des transports collectifs.

La présentation détaillée de ce comité de ligne peut être consultée sur le site de la Région Rhône-Alpes.

I. DESSERTE

Fréquentation de la ligne :
18.523 voyages ont été effectués du 1/1 au 30/6/2014, soit une moyenne de 137/jour, générant une évolution de 3,4 % par rapport à 2013 alors que pour la Région il a été constaté une baisse de 6,81 %.

Détails des voyages par an :
. Valence Ville-Crest = 6184
. Valence Ville- Die = 4727
. Valence Ville-Luc en Diois =   239
. Crest – Die = 1819

II. PONCTUALITE

Le taux de ponctualité sur l'axe Valence-Die-Veynes s'élève de Janvier à Septembre 2014 à 67,8 % alors que pour la Région Rhône-Alpes elle est de 88,8 %.
Les causes de ce chiffre relativement faible proviennent des travaux, des grèves, des croisements mais aussi de la fiabilité du matériel. A ce sujet, il faut remarquer que les autorails 72500  PACA qui génèrent de nombreux incidents techniques, feront l'objet de révisions simples à compter du 2ème semestre 2015 sur une plateforme d'entretien qui sera créée à Porte -les-Valence.
D'autre part, à propos de la longueur des cantons, source de retards fréquents, le Président du Comité de Ligne a interpellé RFF pour que l'étude sur ce sujet aboutisse dans le courant de l'année 2015.
L'ARDSL avait depuis longtemps proposé  que les aiguillages , gérés par système informatique PIPC, soient mis en place pour les gares de Saillans, Luc en Diois et Beaurières afin de fiabiliser les croisements.

III. TRAVAUX SUR LA LIGNE

Un RVB a eu lieu du 22/9 au 31/10/2014 entre Vercheny et Saillans. L'ARDSL a demandé que la vitesse actuelle entre Die et Saillans (60 km/heure) soit augmentée: cette mesure sera effective à compter du 2ème semestre 2015 avec un gain de 3 mn sur cette section de ligne.
En 2015, une fenêtre travaux est programmée entre Portes et Valence et entre Portes et Livron du 16/3 au 24/5/2015 et du 19/10 au 6/11/2015. En conséquence, durant ces périodes le TER 17350 (Briançon 5 h 35 – Valence Ville 9 h 24) sera supprimé du lundi au vendredi, comme avait été le cas entre le  1/11 et le 14/12/2014.
La région  PACA a “oublié” de commander des sillons pour ces périodes alors qu'elle aurait pu maintenir ce TER jusqu'à Crest , avec un transfert par autocar sur Valence Ville et Valence TGV.
Suite à la demande de l'ARDSL, le Comité  de Ligne a décidé d' assurer la continuité du service avec la mise en place durant cette période d'un autocar TER Rhône-Alpes entre Die et Valence.

Pour l'année 2016, SNCF réseau ne prévoit pas de travaux sur la ligne. Ce n'est qu'en 2017 qu'il en sera programmé entre Die et Aspres/Buech (RVB et rénovation des ouvrages d'art), mais tout dépendra de l'engagement financier et de l'inscription de la ligne au CPER 2015-2020, décision qui interviendra à la fin du 1er trimestre 2015.

IV. LE SERVICE 2015

Peu de modifications des horaires par rapport à 2014, sinon pour les caler avec les arrivées des TGV :
1°) Départ Valence-Ville
. 10 h 23 au lieu de 10 h 32 (TER 17357)
. 18 h 15 au lieu de 18 h 36 le Vendredi (TER 17367)
. 20 h 36 au lieu de 20 h 19 (TER 17369)

2°) Départ Valence-TGV
. 14 h 33 au lieu de 14 h 24 (TER 17359)
. 16 h 32 (TER 17361)
Ces deux TER ne desserviront plus Livron en 2015 mais ils seront rétablis pour le service 2016.

V. QUESTIONS DIVERSES

1°) L'ARDSL avait demandé une nouvelle fois l'installation de distributeurs de billets dans les gares de Luc en Diois et Saillans : la SNCF ne disposant plus de ce matériel, étudie la possibilité de vente de billets auprès de buralistes ou d'offices du tourisme. Une démarche est en cours à Luc en Diois.

2°) Les associations d'usagers peuvent être habilitées à participer aux conférences “sillons” de RFF comme cela se passe actuellement en région Aquitaine. J'ai questionné le représentant de RFF sur ce sujet et il a répondu que sa Direction Régionale ignorait cette pratique. Dès lors, une demande officielle sera établie par le Président de la FNAUT Rhône-Alpes auprès de la Directrice Régionale de RFF.

3°) L'extension de la tarification ILLICO jusqu'à Veynes ou Gap qui concerne également la ligne des Alpes, est en cours de discussion avec la Région PACA avec un résultat qui sera connu à la fin du 1er semestre 2015.

4°) En ce qui concerne le prêt du matériel 73500 à SNCF inter-cités (ligne Clermont Ferrand – Béziers), l'ARDSL avait interpelé la vice-présidente chargée des transports, Mme Eliane GIRAUD pour qu'une partie de ce matériel soit rapatriée afin d'assurer des services entre Valence et Gap.
Dans sa réponse en date du 2/12/2014, Mme GIRAUD demande à la SNCF la possibilité d'utiliser ce matériel entre Valence et Gap avec pour conséquence la modification de la convention passée avec la région PACA. Ce changement pourrait être effectif pour le service 2016, souhait également exprimé par le Comité de Ligne.



Actualité
 
(Fichier .pdf - 924 Ko)
Dossier
 
Résumé de la réunion préparatoire au comité de ligne 24 du 11 décembre 2013.
 
Plusieurs sujets ont été abordés:

1/ Croisement des TER 17357 et 17358 à Luc en Diois: la gare est rouverte au croisement de 11 à 13h par un agent temporaire infra détaché du lundi au samedi ( pas de délivrance de billets, ceux ci sont délivrés dans le train par le contrôleur)

2/ Demande au nom de l'ARDSL l'extension des cartes Illico et Oura jusqu'à Veynes ( idem que pour Grenoble-Veynes): cette mesure n'impactera pas trop les finances de la Région mais on peut espérer son extension pour le SA 2015 : discussions à programmer entre PACA et RA

3/ Probléme du retard du TER 17352 du matin ( D Veynes 6h22) si le train de nuit Paris-Briançon n'est pas à l'heure ( croisement à Veynes): la question de priorité n'a pas été réglée à ce jour ( TER ou Lunéa)

Il convient de préciser que la région PACA ne financera plus , du mardi au jeudi le TER 17352 ( Veynes 6h21-Valence 8h13), sauf le lundi, départ de Briançon à4h51, ainsi que le retour du soir TER 17355 LàJ ( Valence 18h37-Veynes 20h30), sauf le vendredi prolongation sur Briançon.

4/ Le TER 17350 ( Briançon 5h35-Valence Ville 9h31) avait une circulation prévue du lundi au samedi, selon le projet technique de PACA en date du 22/05/2013 , accepté lors du comité de ligne .Or, Benoit Chatenet nous a annoncé que ce train ne circulerait que les samedi jusqu'au 15/02, du lundi au samedi du 17/02 au 15/03, et les samedi à/c du 22/03 ( il figure sur les fiches horaires RA MAJ au 26/11)!! Il a précisé que la SNCF RA n'avait pas participé à la mise au point de cet horaire et que la décision avait été prise entre les services techniques des régions PACA et RA (.Sur la fiche horaire PACA n° 14, ce train est prévu tous les jours, mais en circulation périodique!
Cette décision est inacceptable et remet en cause une proposition actée au cours du comité de ligne.


Gare d’Allan : 100 à 150 millions € pour 4 TGV par jour ? (20.01.17)

Drôme-Alpes du Sud

La Région Auvergne-Rhône-Alpes vient d’annoncer le financement d’un crédit d’étude de 15M€ pour la création d’une gare Montélimar-TGV à Allan (Drôme)[1]

 Ce projet est pourtant inutile car :

 -          La SNCF est en train de réduire les dessertes TGV de la Vallée du Rhône, faute de fréquentation. Sur les 8 TGV quotidiens de la gare de Montelimar, 2 ont été supprimés en décembre 2016[2]. Comment justifier une gare TGV alors que la fréquentation, qui plus est au centre de la ville, est en recul ?

-          La gare d’Allan serait une « gare betterave », déconnectée du réseau classique (comme à Macon-Loché-TGV), contrairement à celle existante de Valence-TGV (connectée au réseau TER). C’est une stratégie des années 80 dépassée, remise en cause partout. Nous avons l’exemple récent de Montpellier-TGV où pour 4 TGV par jour, la Région Occitanie a récemment annoncé qu’elle se retirait du financement de cette gare de 135 M€ pour éviter une gabegie financière[3].

Une solution plus pratique et nettement moins couteuse serait de relier le sud de la Drôme avec des TER jusqu’à la gare de Valence-TGV (seulement 2 trains directs par semaine actuellement).

Alors que des milliers d’usagers du TER Auvergne-Rhône-Alpes vivent des galères au quotidien notamment sur Lyon-Grenoble ou Annecy-St Gervais, faute d’infrastructure performante, que la ligne Valence-Briançon est en sursis et attend 17,4 M€ pour être sauvée[4], la FNAUT et l’ARDSL estiment que la gare d’Allan est une dépense inutile.



Intervention pour le service 2016 Romans-Valence-Die-Veynes-Gap (15.09.15)

L'ARDSL a écrit au vice-Président de PACA

Monsieur le vice-Président,

 L'Association Rail Dauphiné Savoie Léman (ARDSL) milite pour de meilleures relations ferroviaires entre les Hautes-Alpes et la Drôme. Sous votre vice-présidence, un certain nombre d'améliorations ont été mises en œuvres (souvent à suite à nos suggestions). Malgré cela les relations entre les départements de la Drôme et des Hautes-Alpes sont encore marquées par certaines difficultés qui nuisent à l'attractivité du train et conduisent donc une partie des clients potentiels à préférer un autre mode de transport (la voiture individuelle ou le co-voiturage) ou d'autres destinations mieux desservies que l'axe Valence – Hautes-Alpes. Nous rappelons ici que la Drôme constitue la portée d'entrée ferroviaire dans les Hautes-Alpes depuis Paris, Lyon, Lille, Bruxelles, Amsterdam, Luxembourg, Strasbourg, Besançon, Nancy, Metz, Dijon, Rennes, Nantes, Le Havre, Nîmes, Montpellier, Béziers, Narbonne, Toulouse, Bordeaux, Perpignan, Barcelone via la gare de Valence TGV (et également celle de Valence ville pour Paris et Lyon) et depuis le Vaucluse (via la gare de Livron desservie par les TER omnibus Avignon centre – Valence ville).

 

Avant d'aborder les points négatifs, nous souhaitons mettre en avant les améliorations mises en œuvre ces dernières années :

        la création au service 2014 d'un train quotidien Briançon – Romans avec arrivée à Valence ville à 9h20 (avec correspondances optimisées pour Lyon et Paris).

        la mise en place au service 2013 d'un train en milieu de matinée entre Romans et Briançon du lundi au vendredi (en correspondance avec un TGV en venant de Paris), qui dessert Gap vers 13h (comblant une absence totale d'offre ferroviaire en début d'après-midi entre Gap et Briançon), à la demande de l'ARDSL.

        la mise en place au service 2012 d'un train Romans – Briançon en début d'après-midi le week-end.

        La création d'un train Romans – Briançon avec desserte de Valence ville vers 16h40 (tn correspondance à Valence TGV avec le TGV partant de Paris à 14h07) d'abord du vendredi au dimanche aux services 2011 et 2012, puis quotidien depuis le service 2014.

        la généralisation de la desserte Saillans au service 2012 (qui a désormais une meilleure fréquentation que Luc-en-Diois).

 

Il y a désormais 4 AR en JOB et 3 AR le week-end en train régional entre Veynes et Romans. Ce niveau de desserte doit être amélioré de manière extrêmement ciblé pour capter une clientèle supplémentaire sur les trajets entre la Drôme et les Hautes-Alpes. L'ARDSL souhaite que l'offre soit portée d'ici au service 2017 à 5 AR quotidiens entre Gap et Romans (sans compter les renforts pour les pointes neiges des samedis de février).

 

Dans la suite de ce courrier, nous vous faisons part de remarques concernant le service 2016.

 

1.       Les évolutions d'horaires retenues pour le SA 2016

 

L'ARDSL se félicite des 3 mesures suivantes :

 

        arrivée à Valence TGV à 8h28 au lieu de 8h34 des TER 17352 et 17354 : cette mesure permet aux habitants de la vallée de la Drôme de bénéficier de la correspondance avec le TGV 6801 à 8h44 pour Marseille (TGV qui sera malheureusement supprimé à compter du 3 avril 2016).

        accélération du TER 17366 et sa mise en correspondance avec le TGV 5186/7 de 19h15 à Valence TGV pour Lille.

        Décalage du 17369 à 20h52 au départ de Livron au lieu de 20h49 avec mise en correspondance avec le TER arrivant d'Avignon à 20h47.

 

L'ARDSL demande les améliorations suivantes :

 

        Arrivée à Valence TGV du TER 17358 à 13h38 : l'ARDSL demande de réduire le stationnement à Valence ville (prévu de 9 min) pour assurer la correspondance avec le TGV de 13h50 pour Montpellier.

        Proposer des trains directs Lyon – Briançon durant les pointes neige. L'ARDSL suggère d'amorcer de faire circuler les 17375 et 17378 au départ et à destination de Lyon durant les vacances d'hiver de la zone A. Il s'agit de proposer à la population lyonnaise des trains directs pour les Hautes-Alpes et permettre ainsi un accès facilité aux stations des Alpes du Sud en transports publics pour les habitants de la seconde agglomération de France (dans un contexte où l'accès routier par le tunnel de Chambon et le col du Lautaret sera impossible). L'ARDSL suggère par ailleurs d'arrêter les 17375 et 17378 en gare de Crest et Die et de travailler avec SNCF Voyages sur l'optimisation des correspondances entre ces TER et les TGV neige.

        Retarder le TER 17357 à 10h24 au départ de Valence TGV et à 10h35 au départ de Valence ville, afin d'assurer la correspondance avec le TER 17709 (Lyon Part-Dieu 9h20 – Valence vile 10h25), le TGV 6191 (Paris 7h41 – Valence ville 10h14) et le TGV 5166 (Montpellier 8h58 – Valence TGV 10h10).

        Retarder le TER 17353 à 12h35 au départ de Valence ville afin d'assurer la correspondance avec le TER 17713 (Lyon Part-Dieu 11h20 – Valence ville 12h25).

        Retarder le TER 17369 à 20h33 au lieu de 20h30 au départ de Valence TGV afin d'assurer la correspondance avec le TGV 6217 (Paris 18h07 – Valence TGV 20h19).

 

L'ARDSL est vivement opposée aux 5 mesures suivantes :

 

        Arrivée à Valence ville du TER 17348 à 9h06 au lieu de 9h20 : cette mesure n'a aucun intérêt en terme de correspondance et oblige les usagers haut-alpins et drômois à se rendre le week-end encore plus tôt en gare. L'horaire actuel est satisfaisant pour assurer à Valence ville les correspondances pour Lyon à 9h34 et Paris à 9h50. Ce TER n'a qu'un seul croisement avec le train de nuit à Gap (qui lui-même ne croise que le 17348 à Gap et le 17418 à L'Argentière). L'ARDSL demande à la Région PACA de maintenir l'horaire actuel du 17348.

        Arrivée à Valence ville du TER 17350 à 9h39 au lieu de 9h20 (et à Valence TGV à 9h50 au lieu de 9h31) : cette mesure est absurde puisqu'elle supprime les correspondances à Valence ville à 9h34 pour Lyon, à Valence TGV à 9h49 pour Rennes et Montpellier. L'ARSDL comprend les motivations liées à cette mesure. La Région PACA a visiblement fait le constat que du lundi au vendredi, il y a un nombre élévé de croisement sur la voie unique entre Briançon et Gap et que tout retard d'un train impacte tous les trains derrière lui et tous les trains croiseurs. Cette situation traduit un manque de robustesse de la desserte. Sur la base de ce diagnostic, la Région PACA a fait le choix de supprimer le train le plus fréquenté entre Briançon et Gap, à savoir le 885660 (Briançon 6h10 – Gap 7h23) à destination de Grenoble et de repositionner le TER 17350 (Briançon 5h34 – Gap 6h46) avec un départ de Briançon à 6h00 et une arrivée à Gap à 7h13 pour tenter de masquer la suppression du 885660. L'ARDSL rejette ce choix car il entraîne des arrivées à Valence ville et Valence TGV à des horaires inappropriés pour les correspondances et que la desserte Briançon – Gap est ainsi réduite de 10 à 9 trains du lundi au vendredi. De plus le 885660 est supprimé entre Briançon et Veynes. Ainsi les voyageurs à destination de Grenoble subissent une rupture de charge et un allongement du trajet de 10 minutes. L'ARDSL formule à la Région PACA la contre-proposition suivante. L'ARDSL juge impératif le maintien du 17350 dans son horaire actuel entre Gap et Romans (portion sur laquelle il n'y aucun croisement) et ne s'oppose pas à sa suppression entre Briançon et Gap (portion sur laquelle il croise le 880691 à Chorges, qui est le premier croisement susceptible de retarder tous les autres trains de la pointe du matin entre Briançon et Gap) compte-tenu de sa fréquentation moindre en amont de Gap, sous réserve de positionner un car de remplacement et de maintenir 10 trains entre Briançon et Gap. Dans ce cas de figure le 885660 (Veynes 7h49 – Grenoble 9h44) doit être maintenu entre Briançon et Veynes ou le 17420 (Veynes 7h58 – Marseille 10h33) doit être amorcé à Briançon (avec correspondance optimisée à Veynes ou circulation du second train au départ de Gap comme dans le montage en vigueur au SA 2015).

        arrivée à Valence ville à 18h41 au lieu de 18h39 du TER 17366 : cette mesure supprime la correspondance avec le TGV 6198 pour Paris à 18h49. L'ARDSL exige le maintien de l'arrivée à 18h39.

        départ de Valence TGV à 14h25 du TER 17359 au lieu de 14h33 et de Valence ville à 14h36 au lieu de 14h43 (avec ajout de l'arrêt à Livron) : cette mesure supprime les correspondances à Valence TGV à 14h12 avec les TGV 5326/7 et 5318/9 en provenance de Nantes et Rennes et celle à 14h19 avec le TGV 6211 (partant de Paris 12h07). L'ARDSL signale que le TGV 6193 (Paris 11h41 – Valence ville 14h11) ne circule pas les samedis d'hiver, hors il est indispensable d'assurer la correspondance à Valence TGV avec le TGV 6211. L'ARDSL juge donc indispensable le maintien du départ à 14h33 à Valence TGV.

        départ de Valence TGV à 16h30 du TER 17361 au lieu de 16h32 et de Valence ville à 16h39 au lieu de 16h40 (avec ajout de l'arrêt à Livron) : cette mesure supprime la correspondance avec le TGV partant de Paris à 14h07 et arrivant à Valence TGV à 16h18 ! L'ARDSL juge donc indispensable le maintien du départ à 16h32 à Valence TGV.

 

L'ARDSL demande donc à la Région PACA d'intervenir au plus vite auprès de SNCF et de SNCF Mobilités afin de revoir les horaires des TER 17348, 17350, 17358,  17353, 17357, 17359, 17361 et 17369. De nouveaux sillons doivent être trouvés et validés d'ici le 15 octobre 2015, date d'ouverture des ventes pour le service 2016

 

2.       La desserte Drôme – Hautes-Alpes du lundi au vendredi durant l'application des fenêtres travaux en vallée du Rhône

 

Depuis plusieurs années, le gestionnaire de l'infrastructure a introduit un système de fenêtres travaux en vallée du Rhône permettant de basculer le trafic ferroviaire pendant une période de 5h par la rive droite. Ainsi les TER Marseille – Lyon sont détournés par l'Ardèche, sans desserte de Valence ville et les TER Briançon – Romans sont limités à Crest ou supprimés suivant les choix de la Région PACA et de l'opérateur.

 

Dans le sens Drôme > Hautes-Alpes, cela n'a pas de conséquence puisque la Région PACA a fait le choix de ne pas faire circuler de train au départ de Valence ville entre 10h23 et 16h40, du lundi au vendredi depuis le service 2013.

 

Dans le sens Hautes-Alpes > Drôme, il n'en va pas de même. La fenêtre travaux empêche toute arrivée à Valence ville du lundi au vendredi entre 8h56 et 13h56. Or la Région PACA programme 2 arrivées à Valence ville à 9h20 et 13h21. Le premier TER impacté est supprimé de bout en bout lors de l'application de la fenêtre travaux. Le second TER impacté est limité à Crest avec transbordement en car pour la fin du trajet jusqu'à Valence ville et Valence TGV. Les correspondances habituelles ne sont plus assurées. Et donc sur les 4 trains Hautes-Alpes > Drôme, seuls 3 circulent et un seul assure un trajet complet de Gap à Romans (le train du soir). La desserte est donc considérablement dégradée lors de l'application de la fênetre travaux de la rive gauche du Rhône.

 

La suppression d'une desserte Briançon – Romans et la limitation à Crest d'une autre desserte Briançon – Romans engendre aussi des impacts sur la desserte Romans – Hautes-Alpes par le jeu des roulements de personnels et de matériels, alors que les sillons retenus se trouvent pourtant hors des fenêtres travaux. Ainsi des trains sont supprimés entre Romans et Valence ville et entre Romans et Crest. Les cars de remplacement ne permettent plus les correspondances habituelles, d'où une dégradation significative des relations entre la Drôme et les Hautes-Alpes.

 

Ces fenêtres travaux concernent de très nombreuses semaines :

 

        en 2015 pendant 13 semaines : du 16 mars au 22 mai (10 semaines) et du 19 octobre au 6 novembre (3 semaines).

        en 2016 pendant 14 semaines : du 15 février au 4 mars (3 semaines), du 4 avril au 13 mai (6 semaines), du 19 septembre au 7 octobre (3 semaines) et du 21 novembre au 2 décembre (2 semaines).

 

Face à cette situation qui handicape les dessertes Drôme – Hautes-Alpes, l'ARDSL formule les propositions suivantes à la Région PACA :

 

        Demander à SNCF Réseau le report de la fenêtre travaux prévue du 15 février au 4 mars 2016 en pleine période de vacances d'hiver.

        Demander à SNCF Réseau d'exclure pour les prochains services de planifier des fenêtres travaux de mi-décembre à mi-avril et de mi-juin à mi-septembre, qui sont les périodes les plus touristiques pour la desserte des Hautes-Alpes.

        De commander à SNCF Réseau 4 AR entre Gap et Romans du lundi au vendredi avec des horaires adaptés pour tenir compte des fenêtres travaux (et donc ne pas faire circuler les TER 17350 et 17358). Le matin, un TER doit partir de Gap vers 6h pour arriver vers Valence ville à 8h20 afin d'assurer les correspondances pour Lyon à 8h31 et pour Paris à 8h43 (SNCF Voyages avance le TGV 6194 afin de passer juste avant la fenêtre travaux). Le TER de mi-journée doit être retardé d'une heure (départ de Briançon vers 10h45, desserte de Gap vers midi). Une arrivée à Valence ville vers 14h15 permettrait les correspondances pour Lyon à 14h29 et pour Paris à 14h55 (SNCF Voyages retarde le TGV 6196 pour passer après la fenêtre travaux). Le troisième train Hautes-Alpes > Drôme de la journée doit être positionné avec une arrivée à Valence TGV vers 16h40 pour assurer la correspondance avec le TGV 6124 à 16h57 pour Paris. Ce TER reprendrait le sillon libéré par le repositionnement du 17418/9 (le TER de mi-journée pour Marseille), d'où un départ de Briançon vers 12h45 et de de Gap vers 14h00). Le dernier train Briançon –> Romans garde un horaire identique toute l'année, n'étant pas impacté par la fenêtre travaux. En sens inverse tous les trains ont la même desserte toute l'année sauf celui au départ de Valence ville vers 18h40 qui doit être prolongé à Gap, afin de garantir 4 AR entre Gap et Romans, y compris durant les semaines d'application de la fenêtre travaux.

 

Cette proposition aboutirait à la desserte simplifiée suivante entre les Hautes-Alpes et la Drôme.

 

PROPOSITION ARDSL DU LUNDI AU VENDREDI EN PERIODE TRAVAUX  VDRHÔNE

Briançon

 

 

10h47

 

12h52

 

14h58

 

Gap

06h06

 

11h57

 

14h03

 

16h14

 

Veynes

06h28

 

12h19

 

14h28

 

16h40

 

Valence ville

08h21

08h43

14h13

14h55

16h21

 

18h39

18h49

Valence TGV

 

 

 

 

16h35

16h57

 

 

Paris

 

11h03

 

17h22

 

19h15

 

21h11

 

 

 

3. La desserte Drôme – Hautes-Alpes le samedi

 

L'ARDSL suggère à la Région PACA de renforcer la desserte le samedi entre la Drôme et les Hautes-Alpes dès l'été 2016 par un aller-retour supplémentaire pour capter les flux touristiques à l'image de ce que pratique la Région PACA les samedis d'hiver. Nous suggérons d'assurer la correspondance avec le TGV partant de Paris à 10h07 et le TGV quittant Valence TGV à 16h57.

 

Par avance, nous vous remercions, Monsieur le vice-Président, de l’attention que vous voudrez bien porter à nos propositions et vous adressons nos plus respectueuses salutations.




Pas de matériel TER Rhône-Alpes disponible ? Si en Midi-Pyrénées ! (25.04.14)
 
Un article publié sur Rail Passion de mai 2014, qui mentionne la location à la régionMidi-Pyrénées de deux ATER X 73500 de la région Rhône Alpes jusqu'au 28/04/2014.
Or, au cours de précédents comités de ligne, nous avons demandé que ce type de matériel assure des relations financées par la région RA sur les relations Romans-Die-Veynes et la SNCF avait répondu qu'elle ne disposait pas de matériel !
Mais elle arrive ainsi à le louer à d'autres régions au détriment des besoins locaux.
Dès lors, le service Transports de la région devrait s'assurer auprès de la SNCF de la disponibilité du matériel ferroviaire qu'elle a elle même financé et dont elle ne peut gérer l'utilisation sur son propre territoire.
Cette affaire sera évoquée par l'ARDSL au prochain comité de ligne et nous réitérons notre demande pour que ce matériel circule sur la ligne de la vallée de la Drôme en remplacement du matériel PACA X 72500 , sur les 2 relations Veynes-Romans et retour financées par la Région.


(Format .pdf - 295 Ko)

(Format .pdf - 790 Ko)
Ċ
Contact ARDSL,
14 nov. 2016 à 08:56
Ċ
Collignon COLLIGNON - ARDSL,
1 juil. 2014 à 07:57
Ċ
ARDSL AEDTF,
23 déc. 2013 à 06:09
Ċ
Contact ARDSL,
14 juin 2016 à 02:42
Ċ
Contact ARDSL,
9 déc. 2014 à 05:54
Comments